Peter Singer est-il en faveur de l’élevage industriel ? La question du remplacement répugnant

Selon l’utilitarisme, il faut maximiser le plaisir et minimiser la souffrance. Cette maxime s’appliquant à une population globale, il semblerait que le niveau de bien-être d’un ensemble d’individus pourrait augmenter alors même que celui de chaque individu diminuerait. Cette conclusion entraînerait, selon Christian Rodriguez, certains défenseurs des animaux à privilégier l’élevage industriel à l’élevage traditionnel.

Lire la suite…

La prise en compte du point de vue animal en histoire Entretien avec Éric Baratay

Pendant longtemps, la discipline historique a été exclusivement anthropocentrée. Ce n’est que depuis peu que la reconnaissance des animaux comme sujets et acteurs de l’histoire n’est plus tabou. Éric Baratay, professeur d’histoire contemporaine à Lyon et auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire des animaux, retrace pour L’Amorce les contours de cette évolution.

Lire la suite…

Une philosophe à l’abattoir Entretien avec Christiane Bailey

CHRISTIANE BAILEY vient de publier «La philosophie à l’abattoir : réflexions sur le bacon, l’empathie et l’éthique animale». Dans cet entretien pour l’Amorce, elle nous parle de véganarchisme, d’écoféminisme et d’action directe antispéciste avant de nous rappeler que le but des activistes, c’est provoquer le débat public. Une philosophe à découvrir de toute urgence.

Lire la suite…

À propos des citoyennes nonhumaines dans la zoopolis

Faut-il laisser les animaux domestiqués se reproduire et viser à faire cité avec eux ? En 2013, Sue Donaldson et Will Kymlicka présentaient au CRÉUM leur livre Zoopolis. Une théorie politique des droits des animaux. C’était pour Valéry Giroux l’occasion de commenter leur théorie de la citoyenneté non humaine d’une perspective extinctionniste.

Lire la suite…

OPIS, laboratoire de réflexion et d’action pour une éthique fondée sur la prévention de la souffrance Entretien avec Jonathan Leighton

Faire évoluer les législations à l’international pour que soit reconnu comme droit le plus fondamental de tout être sentient celui à ne pas subir de souffrances intenses : c’est la mission que s’est donnée OPIS, pour qui il s’agit là d’une priorité éthique absolue. Entretien avec Jonathan Leighton, son fondateur.

Lire la suite…

Antinazi·e Le courriel de Martin Gibert

Martin écrit à Axelle pour lui souhaiter une bonne année et lui suggérer des podcasts. Il lui parle aussi de l’extrême droite et de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle. Ça dit qu’il faut viser le bien-être de tous les êtres sensibles.   

Lire la suite…

Capacitisme et spécisme sont-ils liés ?

Lors des débats autour du spécisme, on voit régulièrement fleurir des arguments capacitistes pour défendre l’oppression des animaux non humains. Ces arguments, parce qu’ils permettent également de perpétuer un système de pensée défavorable aux personnes non valides, doivent être doublement dénoncés. Quelles sont les similitudes entre ces deux formes de discrimination ?

Lire la suite…

Demander de réduire, plutôt que d’arrêter ! Une fausse bonne idée… À propos de Brian Kateman, The Reducetarian Solution (2017)

Pour amener les citoyens vers le véganisme, est-il plus efficace de leur demander d’arrêter complètement leur consommation de viande ou simplement de les inciter à la réduire ? Brian Kateman défend la seconde stratégie dans son livre The Reducetarian Solution (2017). Mais Thomas Lepeltier n’est pas convaincu par son argumentation.

Lire la suite…

Requiem for a piece of meat, de Daniel Hellmann

« Cher public, plus de 55 millions d’animaux sont abattus chaque année en Suisse. 150 000 par jour, 7 000 par heure, 2 par seconde. Nous vous remercions de votre attention. » Entrée en matière express, les paroles émises par une voix off seront les seules prononcées pendant tout le spectacle.

Lire la suite…

« Casser un cheval pour le faire danser, c’est immensément grave » À propos d'une action qui ciblait l'entrave à la liberté des animaux

Au Québec, le spectacle équestre Cavalia (avec 70 chevaux) a entraîné plusieurs manifestations antispécistes. Voici le verbatim du discours prononcé par Valéry Giroux à l’occasion de l’une d’entre elles, à Montréal, le 30 septembre 2018. Elle y développe l’idée que les animaux ont intérêt à la liberté.

Lire la suite…

L’antispécisme est un projet politique réaliste

Dans un article paru en juillet 2018, le biologiste Éric Muraille accuse l’antispécisme de vouloir humaniser la nature, de ne reposer sur aucun fondement rationnel, d’introduire une hiérarchie entre les espèces animales et d’être irréaliste sur un plan pratique. Le texte ci-dessous montre pourquoi ce chercheur a tout faux…

Lire la suite…

Pour en finir avec la vie ! L’édito de Thomas

De nos jours, beaucoup de personnes défendent les animaux au nom du respect de la vie, du vivant ou de la planète. Cet édito s’élève contre cette tendance qui noie la cause animale dans un vague discours écologiste, se fourvoie sur les principes de l’antispécisme et oublie les premières victimes du spécisme.

Lire la suite…

Tous les animaux sont différents et égaux À propos de Sunaura Taylor, Beasts of Burden. Animal and Disability Liberation (2017)

Sunaura Taylor enjoint à la fois les partisanes de la lutte pour la libération animale d’éviter de reconduire des préjugés capacitistes et les membres du mouvement pour l’émancipation des personnes en situation de handicap à combattre la discrimination fondée sur les capacités cognitives même lorsque les victimes ne sont pas humaines. 

Lire la suite…