La psychologie morale et politique au service des animaux

Le mouvement antispéciste actuel, majoritairement de gauche et dont la morale se centre sur les individus, porte un discours inaudible pour une grande partie de la population. Selon Pierre Sigler, les enseignements de la psychologie morale et politique devraient amener le mouvement animaliste a formuler des messages plus intuitifs et pragmatiques.

Lire la suite…

L’idéologie du « tout social » nuit aux humains et aux animaux

Les antinaturalistes critiquent l’invocation des facteurs non sociaux, non historiques pour expliquer les phénomènes humains. Pour Pierre Sigler, cette position est liée à la théorie de la « page blanche », qui doit en partie sa popularité au fait qu’elle permet de critiquer le racisme sans abandonner le spécisme… et donc de préserver l’exceptionnalisme humain.

Lire la suite…

L’antispécisme est un projet politique réaliste

Dans un article paru en juillet 2018, le biologiste Éric Muraille accuse l’antispécisme de vouloir humaniser la nature, de ne reposer sur aucun fondement rationnel, d’introduire une hiérarchie entre les espèces animales et d’être irréaliste sur un plan pratique. Le texte ci-dessous montre pourquoi ce chercheur a tout faux…

Lire la suite…