Livres

L’Islam, les animaux et la rahma

Bonnes feuilles du recueil La pensée végane (2020) dirigé par Renan Larue

Quelle place l’Islam accorde-il aux animaux ? Pour la chercheuse Ghazala Anwar deux lectures sont possibles, l’une hiérarchiste et donc spéciste, et l’autre égalitariste. La notion de rahma (compassion, bienveillance) permet de comprendre pourquoi la seconde interprétation est à la fois plus fidèle à l’esprit du Coran et plus sensible au sort des non humains.

Quand le socialisme a rencontré l’animalisme

À propos de Roméo Bondon, Le bestiaire libertaire d’Élisée Reclus (2020)

Élisée Reclus s’intéressait particulièrement à « ces autres exploités » que sont les animaux. Dans ce livre, Roméo Bondon montre que l’œuvre du célèbre géographe français, à la fois végétarien et contempteur des abattoirs et de la pêche industrielle, témoigne d’une sensibilité antispéciste conjuguée à des convictions socialistes et libertaires.

Les antispécistes, ces idéalistes déçues qui haïssent l’humanité

À propos d’Ariane Nicolas, L’imposture antispéciste (2020)

Dans son livre L’imposture antispéciste, Ariane Nicolas prétend montrer l’incohérence et la dangerosité de l’antispécisme. Ce qu’elle montre surtout, nous dit Valéry Giroux, c’est qu’elle comprend très mal le sujet qu’elle cherche désespérément – et peut-être même malhonnêtement – à discréditer. Compte rendu d’une lecture désolante.
Top